Salut Rôtillon

home

état de poésie, urbanités

salut rôtillon

quartier-fleuve, cité des femmes, de la plume et des amours volages, rôtillon tu t’abandonnes aux pigeons.

quartier-d’eau, de la faune, tu as laissé filer tes maquereaux.

Salut!

années septante, nombreux passages intemporels, instinctifs en ce quartier à l’abandon,

sensations et découvertes de ces dérives diurnes, nocturnes, au fil des saisons,

dérives d’un temps passé, présent, de ruines habitées, de projets de reconstructions réitérés, d’actions politiques engagées sur le terrain, de rares lumières encore allumées derrière les fenêtres. d’ombres humaines, d’artisans qui s’incrustaient en ce lieu si mystérieux, tabou.

les clients du bordel faisaient la queue la nuit, dehors face au café, en l’attente qu’une prostituée fasse clignoter sa lampe à l’étage, signe et invitation d’une passe libérée.

TOUS DROITS DE plagiats, REPRODUCTIONS ET DE DIFFUSIONS  INTERDITS  © CARNET D’ÉTAPE | STRAMATAKIS

Articles récents